Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Derniers sujets
» Annuaire Volt Annu
Ven 27 Juil - 23:21 par Regismu

» Tout sur le Photovoltaique
Dim 11 Déc - 12:37 par Regismu

» BONJOUR/BONSOIR
Jeu 31 Déc - 19:06 par Regismu

» AUTOHITS GRATUITS SURF-CASH-GAGNANT
Mer 30 Déc - 23:20 par Regismu

» COCCIKDO site de jeux cadeaux
Lun 7 Déc - 20:19 par Regismu

» Un Nouvel autohits RAPID-SURF
Mer 2 Déc - 16:57 par Regismu

» Le PHOTOVOLTAIQUE
Mer 23 Sep - 13:01 par Regismu

» chevalier01
Dim 5 Juil - 14:26 par Regismu

» Autohits Visitesplus
Lun 1 Juin - 19:00 par Regismu

vote pour ce forum
geovisite
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 27 le Mar 28 Oct - 23:23
compteurs de visites
Musique


Crise financière: le plan de relance américain toujours fébrilement attendu

Aller en bas

Crise financière: le plan de relance américain toujours fébrilement attendu

Message par chevalier01 le Mar 30 Sep - 18:33

Alors que l'Europe envisage de nouvelles mesures pour améliorer le
fonctionnement du système financier face à l'ampleur de la tempête, le
président George W. Bush a affirmé mardi que les efforts se
poursuivaient pour faire adopter par le Congrés américain le plan de
sauvetage des banques.

M. Bush a déclaré que le rejet lundi par la
Chambre des représentants du plan de sauvetage du système financier
américain, qui avait entraîné le soir même la déroute de Wall Street,
ne signifiait pas "la fin" des efforts pour son adoption.

"La réalité, c'est que nous sommes dans une
situation urgente, dont les conséquences seront pires chaque jour si
nous n'agissons pas", a-t-il averti depuis la Maison Blanche.

"Mais je promets aux citoyens (américains) et
aux citoyens du monde que ce n'est pas la fin du processus législatif",
a-t-il ajouté. "Mon administration va continuer à travailler
étroitement avec les dirigeants des deux partis", républicain et
démocrate au Congrès, a-t-il assuré.

De son coté, l'Europe envisage de nouvelles
mesures pour améliorer le fonctionnement du système financier face à
l'ampleur de la tempête sur le continent européen, mais un plan de
sauvetage généralisé comme aux Etats-Unis reste exclu en l'état.

"Je confirme que compte tenu de la situation,
les réflexions ne sont pas finies, pas épuisées" sur les initiatives
européennes prévues face à la crise, "c'est dans la logique de
l'action", a déclaré mardi le porte-parole de la Commission européenne,
Johannes Laitenberger, lors d'un point de presse.

La Banque centrale européenne (BCE) a continué
mardi d'injecter massivement des liquidités à des banques toujours aux
abois, paniquées par l'ampleur de la crise financière.

Plus de 400 banques ont participé à l'opération, demandant un total de 228 milliards, a précisé la BCE.

Les Bourses américaine et européennes restaient
très fébriles, hésitant entre la hausse et la baisse, en attendant
l'adoption du Plan Paulson qui devrait être théoriquement rediscuté
jeudi au Congrès américain après le nouvel an juif.

"Les marchés reprennent l'espoir qu'une
solution pourra être trouvée d'ici demain soir (mercredi, ndlr) sur le
plan de soutien aux banques", a ainsi expliqué à l'AFP Yves Marçais,
vendeur d'actions chez Global Equities.

New York rebondissait ainsi mardi à l'ouverture: le Dow Jones gagnant 2,02% et le Nasdaq 2,51%.

"L'ambiance à Wall Street reste morose", ont
expliqué les analystes de Schaeffers. "Cependant, l'espoir que la
Chambre des représentants puisse adopter un plan similaire a émergé",
ont-ils ajouté.


En Europe, la tendance était contrastée: à
14h00 GMT, à Paris le CAC 40 gagnait 0,25% et le Footsie à Londres
0,67%, tandis que l'indice Dax de Francfort perdait 1,01%.

En Asie, Hong-kong avait terminé en hausse de 0,8% et Bombay de 2,1%, tandis que Tokyo abandonnait 4,12%.

En Europe, les gouvernements belge, français et
luxembourgeois ont décidé mardi d'injecter 6,4 milliards d'euros dans
le bancassureur franco-belge Dexia, deuxième victime en Belgique de la
crise financière après le belgo-néerlandais Fortis.

La liste des victimes ne cesse de s'allonger.
La quatrième banque américaine, Wachovia, a été rachetée dans l'urgence
par Citigroup lundi, sous l'égide des pouvoirs publics américains.
Cette disparition vient s'ajouter à la faillite de Lehman Brothers, au
rachat de Washington Mutual et de Merrill Lynch et au renflouement
d'AIG.


Au Royaume-Uni, le gouvernement a été contraint
de nationaliser la banque Bradford & Bingley et de céder ses
meilleurs actifs au groupe espagnol Santander.


En Allemagne, Hypo Real Estate a échappé de
justesse à la faillite grâce à une ligne de crédit de 35 milliards
d'euros garantie pour l'essentiel par l'Etat.


En Italie, mardi, la cotation de la banque
UniCredit à la Bourse de Milan a été interrompue, après avoir franchi
sa limite de baisse autorisée, alors que le titre chutait de 9,50%.


Le gouverneur de la Banque de France Christian
Noyer a répété que selon lui le système financier français "est un des
plus sûrs du monde", rappelant que les grands groupes bancaires
français ont dégagé 7 milliards d'euros de bénéfice au premier semestre
2008.
avatar
chevalier01
Admin

Nombre de messages : 456
Age : 57
Localisation : nice
Date d'inscription : 08/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://chevaliersduweb.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum